mobile background image

FA et AVC

Si vous en êtes à votre toute première visite avec ce site Web, vous venez peut-être d’apprendre que vous souffrez de fibrillation auriculaire (FA) ou avez entendu dire que la fibrillation auriculaire augmente le risque d’AVC. Vous tombez bien, car ce site comprend des renseignements utiles pour vous aider à mieux comprendre votre risque d’AVC et l’importance de suivre les conseils de votre médecin.

Imprimer

Télécharger

Bien que vous fassiez face à une situation difficile, en comprenant le lien qui existe entre la fibrillation auriculaire et l’AVC vous serez en mesure de mieux prendre soin de votre santé à long terme.

Bien entendu, la mesure la plus importante à prendre est d’avoir un bon entretien avec votre médecin et de suivre ses conseils. Il existe des médicaments anticoagulants qui peuvent réduire votre risque d’AVC, dont entre autres, Coumadin® (warfarine), Pradaxa® (dabigatran etexilate), Xarelto® (rivaroxaban), Eliquis® (apixaban) et Lixiana® (édoxaban).

Qu’est-ce que la fibrillation auriculaire (FA)?

La FA est une maladie provoquant des battements de cœur irréguliers qu’on appelle aussi parfois des palpitations cardiaques. La fonction du cœur consiste à pomper le sang dans tout l’organisme. Pour ce faire, le cœur a recours à un mouvement de contraction que nous appelons « battement de cœur » et, normalement, cet organe bat à un rythme régulier.

La FA est le trouble cardiaque le plus courant et est caractérisée par une fréquence et un rythme cardiaques irréguliers. La FA peut causer des battements de cœur très rapides et irréguliers. Si le sang ne circule pas normalement dans le cœur, le risque de formation de caillots sanguins augmente. Ces caillots peuvent se déplacer dans le cerveau et bloquer l’apport de sang, et si le sang ne se rend pas au cerveau, vous pourriez subir un AVC.

La FA perturbe le rythme cardiaque habituel, ce qui réduit l’efficacité avec laquelle le sang est propulsé à travers l’organisme.

Environ 350 000 personnes au Canada présentent une fibrillation auriculaire. Il s’agit de la forme d’arythmie cardiaque la plus courante chez les adultes. Le présent site Web a été conçu pour vous aider à comprendre la fibrillation auriculaire et l’importance de suivre les conseils de votre médecin.

Désirez-vous savoir si vous souffrez de fibrillation auriculaire? Cliquez ici pour obtenir une liste des principaux symptômes.

Types de fibrillation auriculaire

Le cœur présente quatre cavités, dont les deux supérieures s’appellent oreillettes, et les deux inférieures, ventricules. Dans les cas de fibrillation auriculaire, les cavités supérieures battent trop rapidement ou ne sont pas en phase avec les cavités inférieures. Cela perturbe le battement régulier du cœur.

Les différents types de fibrillation auriculaire :

Fibrillation auriculaire paroxystique

Ces épisodes peuvent durer de quelques secondes à plusieurs jours. Habituellement, le rythme cardiaque revient à la normale dans les 24 heures sans traitement médical.

Fibrillation auriculaire persistante

Cela signifie que la fibrillation auriculaire ne s’arrête pas d’elle-même et que les épisodes peuvent durer plus d’une semaine. L’administration de médicament ou le recours à la cardioversion (chocs électriques administrés dans un cadre médical) sert à aider le cœur à reprendre son rythme normal.

Fibrillation auriculaire permanente

Les battements cardiaques irréguliers ne peuvent pas reprendre le rythme normal au moyen de médicaments ou de chocs électriques contrôlés.

Répercussions de la fibrillation auriculaire sur le rythme cardiaque

Votre battement de cœur est contrôlé par des signaux électriques qui passent dans votre cœur afin que celui-ci se contracte et pompe du sang. Cette impulsion indique aux oreillettes et aux ventricules de collaborer pour pomper le sang du cœur dans tout l’organisme.

Lorsque le cœur bat normalement, l’impulsion émanant du signal électrique emprunte un trajet précis en passant par certaines régions du cœur de manière ordonnée et prévisible. En présence de fibrillation auriculaire, cependant, les signaux électriques sont perturbés, ce qui provoque la trémulation (ou fibrillation) des cavités supérieures (oreillettes).

Il en résulte un rythme cardiaque rapide et irrégulier.

Causes possibles de FA :

coeur
  • élévation de la tension artérielle
  • structure du cœur anormale
  • inflammation ou infection dans le cœur
  • maladies qui endommagent les valvules cardiaques
  • maladie cardiaque congénitale
poumons
  • caillot de sang dans un poumon
la thyroïde
  • thyroïde hyperactive
une bouteille d'alcool
  • consommation excessive d’alcool

Qu’est-ce qu’un accident vasculaire cérébral (AVC)?

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque le sang n’arrive plus à se rendre au cerveau ou en présence d’un saignement dans le cerveau. Comme tous les organes du corps, le cerveau a besoin d’oxygène et d’éléments nutritifs pour fonctionner correctement. Lorsqu’un caillot se forme, il risque d’obstruer un vaisseau sanguin qui approvisionne le cerveau. Cela empêche le sang de parvenir à une région particulière du cerveau et endommage les cellules. La durée de l’interruption de l’apport sanguin déterminera si les dommages au cerveau seront temporaires ou permanents.

Aimeriez-vous savoir comment reconnaître les signes d’un AVC? Cliquez ici pour obtenir une liste des principaux symptômes d’un AVC.

Types d’AVC

Selon la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, il existe trois types d’accident vasculaire cérébral : L’accident vasculaire cérébral ischémique, l’accident vasculaire cérébral hémorragique et l’accident ischémique transitoire (AIT).

Accidents vasculaires cérébraux ischémiques

Les accidents vasculaires cérébraux ischémiques sont causés par une interruption de la circulation sanguine dans le cerveau en raison d’un caillot de sang. Ce type d’accidents vasculaires cérébraux est habituellement associé à une accumulation de plaque (matière grasse, calcium et tissu cicatriciel) dans les artères menant au cerveau, ce qui entraîne leur rétrécissement et entrave ou bloque la circulation sanguine. Ce rétrécissement des artères s’appelle athérosclérose.

L’accident vasculaire cérébral ischémique est le type d’accident vasculaire cérébral le plus courant, responsable d’environ 80 % de tous les accidents vasculaires cérébraux. Il existe deux types d’accident vasculaire cérébral ischémique:

  • Thrombotique – causé par un caillot de sang dans une artère menant directement au cerveau
  • Embolique – causé par un caillot de sang formé ailleurs dans l’organisme qui se déplace et atteint le cerveau
Accidents vasculaires cérébral hémorragique

Un accident vasculaire cérébral hémorragique survient lorsqu’un saignement incontrôlé dans le cerveau endommage les cellules cérébrales. Ce type d’accident vasculaire cérébral est généralement dû à l’un ou l’autre des problèmes structuraux suivants au niveau des vaisseaux sanguins:

  • Anévrisme – rupture d’une partie affaiblie de la paroi d’un vaisseau sanguin
  • Malformation artérioveineuse – malformation au niveau des vaisseaux sanguins dans le cerveau (habituellement présente à la naissance) entraînant l’affaiblissement de la paroi des vaisseaux sanguins
Accident ischémique transitoire

Un accident ischémique transitoire, ou « mini-accident vasculaire cérébral », survient lorsque la circulation de sang dans le cerveau est interrompue pendant un court moment. Cette interruption de la circulation sanguine pourrait être due au rétrécissement des artères causé par l’accumulation de plaque (athérosclérose) ou à un caillot de sang en provenance d’une autre partie du corps, telle que le cœur.

La fibrillation auriculaire (FA) peut causer un accident vasculaire cérébral embolique – formation d’un caillot de sang dans le cœur qui se déloge et atteint le cerveau. On estime que près de 15 % de tous les accidents vasculaires cérébraux sont dus à la fibrillation auriculaire.

La fibrillation auriculaire fait augmenter de beaucoup le risque d’AVC. C’est pourquoi il est très important de suivre les conseils de votre médecin pour réduire votre risque d’AVC.

*Autres facteurs de risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) : hypertension, tabagisme, taux élevé de cholestérol dans le sang, problèmes de poids, stress, antécédents familiaux, inactivité physique, âge, diabète, consommation excessive d’alcool, sexe, origine ethnique, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou d’accident ischémique transitoire.

Votre médecin peut vous aider à réduire votre risque d’AVC. Pour en apprendre davantage à ce sujet, cliquez ici.

Répercussions d’un AVC

On estime à plus de 32 081 le nombre de Canadiens hospitalisés en raison d’un AVC chaque année et en 2012, 13 000 étaient décédés des suites d’un AVC. Plus de 400 000 Canadiens vivent avec les séquelles à long terme d’un AVC. Il est important de retenir que vous pouvez prendre certaines mesures pour réduire le risque d’un AVC.

Environ 10 % des victimes d’AVC se rétablissent complètement, et environ 25 % des personnes qui survivent à un AVC se retrouvent avec quelques déficiences ou incapacités mineures. Malheureusement, bon nombre de survivants présentent des problèmes à long terme. Chez les personnes ayant subi un AVC, 40 % se retrouvent avec des déficiences moyennes ou graves qui, dans certains cas, exigent des soins de longue durée. Un AVC peut avoir un effet sur les fonctions corporelles, sur les fonctions cognitives, sur la capacité d’apprendre et de communiquer et, bien entendu, sur les émotions.

AVC dû à la fibrillation auriculaire

Si vous présentez une fibrillation auriculaire et qu’un AVC se produit, vous courez de fortes chances que l’AVC soit plus grave. Une étude indique que les AVC causés par la fibrillation auriculaire étaient associés à une augmentation de 70 % de la mortalité ou une invalidité neurologique significative.

En plus de l’impact que l’AVC aura sur vous, ses effets se répercuteront sur votre partenaire et sur les autres membres de la famille. Vu que les AVC peuvent survenir sans avertissement, il est parfois très difficile pour la famille de se remettre du choc de voir un être cher autrefois bien portant devenir soudainement invalide et avoir besoin d’aide pour les activités les plus simples. L’aidant et la famille se voient de plus en plus forcés à fournir un soutien continu aux survivants à, ce qui demande beaucoup de soins et d’aide au jour le jour.

Un AVC, c’est grave. Il est donc important de prendre toutes les mesures possibles pour réduire votre risque. La meilleure des mesures consiste à suivre les conseils de votre médecin.

Agissez dès maintenant
Les faits présentés ici soulignent l’importance de prendre toutes les mesures possibles pour réduire votre risque d’AVC si vous avez reçu un diagnostic de FA. La meilleure des mesures consiste à suivre les conseils de votre médecin.

Lien entre la FA et l’AVC

Le risque de présenter un AVC est de trois à cinq fois plus élevé chez les personnes atteintes de fibrillation auriculaire (FA) comparativement aux personnes qui ne souffrent pas de FA. Heureusement, avec l’aide de votre médecin et en suivant quelques conseils pratiques, il est possible d’en réduire le risque.

Les trémulations du cœur causées par la fibrillation auriculaire indiquent que le sang traverse les cavités cardiaques d’une façon irrégulière. Parfois, du sang s’accumule dans le cœur et n’arrive pas à en sortir, ce qui mène à la formation d’un caillot de sang.

Ce dernier risque d’être emporté dans la circulation sanguine jusqu’au cerveau, où il peut causer un accident vasculaire cérébral (AVC). Votre médecin peut vous prescrire un anticoagulant par voie orale qui empêche la formation de caillots de sang (anticoagulant oral) pouvant causer un AVC. Il existe des anticoagulants qui peuvent réduire votre risque d’AVC, dont , entre autres, Coumadin® (warfarine), Pradaxa® (dabigatran etexilate), Xarelto® (rivaroxaban), Eliquis® (apixaban) et Lixiana® (édoxaban).

Diagramme des organes liés aux AVC

Comment la fibrillation auriculaire peut causer un AVC

  1. Fibrillation auriculaire du cœur
  2. Formation d’un caillot dans le cœur
  3. Le caillot pénètre dans la circulation sanguine et se déplace vers le cerveau
  4. Le caillot bloque la circulation du sang dans une partie du cerveau
  5. L’apport d’oxygène dans cette portion du cerveau est inadéquate, ce qui cause un AVC et des lésions cérébrales

Cliquez ici pour en apprendre davantage.